Close

On vous avait déjà parlé d’Educaduino le meccano du 21e siècle, cette déclinaison arduino 100% francilienne réalisée par Eurosmart et La Fonderie.

Educaduino permet aux étudiants d’Île-de-France de fabriquer des projets concrets au sein même de leur établissement scolaire, quel que soit leur âge ou la matière concernée. Il permet ainsi l’initiation au code, l’introduction de nouvelles formes de travail collaboratif et le retour indispensable au « faire » par soi-même (DIY).

Nous lançons désormais la phase 2 de l’expérimentation du projet Educaduino dans quatre collèges et lycées d’Île-de-France :

  • le lycée Gustave Ferrié dans le 10e arrondissement,
  • le lycée Maximilien Perret à Alfortville,
  • le lycée Jean Rostand à Villepinte,
  • le collège René Barthélemy à Nangis.

Nous avons donc mis à disposition de ces établissements une servante remplie d’outils FACOM (comme celle ci-dessous), offrant des possibilités infinies de création. Chaque servante est remplie de matériel électronique (cartes Educaduino, capteurs…) et accompagnée de TD, tutoriels réalisés avec l’aide de professeurs franciliens rendant les projets facilement recréables, même pour les élèves moins bricoleurs.

Educaduino
 

Des mallettes Educaduino (version pop-up et mobile de la servante) ont également été proposées à différents établissements :

  • l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée,
  • l’espace public numérique Espace 19,
  • l’atelier de fabrication Draft Ateliers.

Le dispositif sera donc conjointement testé auprès de collégiens et lycéens, et auprès d’étudiants, de bricoleurs ou tout simplement de curieux souhaitant expérimenter avec ce petit arduino made in France.

Cette expérimentation va permettre d’amorcer la démocratisation des enseignements numériques au collège et au lycée en mettant au coeur des projets des valeurs chères au mouvement des makers : le DIY, l’apprentissage du code, le collaboratif, l’ouverture des données…

 


 

De la théorie à la pratique

Les professeurs ayant accueilli des servantes sont tous volontaires, et donc plutôt spécialisés techniques et technologiques (professeurs de physique, technologie, électronique, sciences de l’ingénieur). À terme, les expérimentations pourront être menées auprès d’enseignants de matières plus généralistes telles que la SVT, la physique, la chimie ou encore les mathématiques.

Les classes d’ISN (Informatique et sciences du numérique), SSI (Scientifique et sciences de l’ingénieur) et STI (Sciences et technologies de l’industrie) visitées sont déjà habituées à travailler en mode projet : en groupe, de manière autonome, avec une mise en pratique directe de la théorie apprise en cours. Les servantes Educaduino sont donc des outils formidables pour permettre aux professeurs d’aller plus loin dans une méthodologie pédagogique qui a déjà commencé à faire ses preuves. Ils remarquent en effet un regain d’intérêt des élèves plus en difficulté, qui peuvent être parfois bien plus réceptifs au “faire” qu’à une approche purement conceptuelle. Ils ont ainsi à portée de main un certain nombre d’outils (cartes électroniques, shields, capteurs, petit matériel électronique) qu’ils n’ont plus à commander en amont. Le travail des directeurs des travaux et du personnel administratif responsables des commandes des différents composants est donc considérablement allégé.


Le lycée Jean Rostand : un exemple de réussite interdisciplinaire dans la filière scientifique

Notre fondeuse Charlotte Feraille, chef de projet Educaduino a rendu visite à la classe de Terminale S option ISN (Informatique et sciences du numérique) et leur professeur Benoit Meunier du lycée Jean Rostand de Villepinte.

La mise en place concrète des projets

Dans cette classe d’une vingtaine d’élèves, le choix des projets est libre (contrairement à d’autres filières où ils doivent impérativement être validés par une commission de concertation), ce qui permet aux professeurs une plus grande souplesse dans la gestion et l’évaluation des projets. Ce type de fonctionnement est lié au fait que les professeurs d’ISN suivent une formation spécifique liée à leur domaine d’enseignement leur donnant les moyens d’être complètement autonomes sur des sujets techniques au cours de l’année scolaire.

Les élèves fonctionnent par groupe de 3 ou 4. Chaque élève est responsable d’une partie précise du projet, que ce soit le code, une page de site web ou une fonction. Cela permet au groupe de se préparer à une manière de fonctionner plus professionnelle en engageant la responsabilité de chacun sur la réussite ou l’échec du projet.

Parmi les projets réalisés pour le baccalauréat cette année :

  • le site web de promotion de l’option ISN ;
  • un site de rencontres ;
  • un bras robotisé (réalisé avec un Educaduino) ;
  • une voiture robotisée avec différents types de commande (processing, télécommande, smartphone – réalisée avec un Educaduino) ;
  • une alarme de présence commandée par la voix (réalisée avec un Educaduino) ;
  • une commande d’un robot Mindstorm ;
  • un aquarium autonome connecté.

Dans la filière SSI (Sciences de l’ingénieur), où l’interdisciplinarité est au coeur des initiatives, on voit se profiler de nouveaux binômes enseignants. En effet, grâce aux capteurs d’e-santé présents dans la servante (capteurs de rythme cardiaque par exemple), il est déjà question que les élèves créent des projets avec leurs professeurs de SVT ou d’EPS.

Construction d’une commande de voiture programmée par télécommande

Construction d’une commande d’une voiture programmée par télécommande



La cocréativité enthousiaste du lycée Maximilien Perret d’Alfortville

L’enthousiasme ne se limite pas à Villepinte puisque le constat est le même au lycée Maximilien Perret d’Alfortville où Charlotte Ferraille et Maria Nadejde se sont rendues le 12 mai 2015. Accueillies par Emmanuel Roger, enseignant STI 2D et Philippe Schwartz, professeur de physique, elles ont pu découvrir les différents projets portés par la classe de Terminales STI 2D (Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable).

Grâce au matériel à disposition dans la servante, les élèves ont pu fabriquer différents objets : un compteur d’eau intelligent qui détecte les fuites, un projecteur commandé par un Arduino Explora et/ou une télécommande infrarouge et/ou une application mobile, une barrière de parking payant… Ces projets font partie intégrante des notes du baccalauréat et seront évalués à la fin de l’année lors d’un oral d’une dizaine de minutes.

 

 

Et la suite ?

Une plateforme Dozuki a été mise en place pour permettre aux professeurs de différents établissements de s’échanger les TD, de pouvoir discuter de leur méthodologie et pourquoi pas cocréer des projets interétablissements.

Plusieurs visites vont ensuite être organisées dans les collèges et lycées participants à la rentrée prochaine (septembre 2015) pour évaluer leurs besoins et leurs attentes avec la servante Educaduino après plusieurs mois d’utilisation. Selon les retours, les projets et le succès de l’expérimentation, le Conseil Régional pourra envisager une politique publique à plus grande échelle et pourquoi pas voir émerger une nouvelle génération de makers “born to make” ! 

Venez découvrir la servante Educaduino et rencontrer les professeurs participants à l’expérimentation lors de Futur en Seine le vendredi 12 juin 2015 de 10h à 11h sur le stand de la Région Île-de-France.

A PROPOS DE L'AUTEUR

Marianne Baulez
Marianne Baulez

Après un cursus de Lettres Modernes appliquées à La Sorbonne et une première expérience dans la rédaction web, Marianne a rejoint la Fonderie fin 2014 en tant que que community manager et rédactrice web. En plus de ses missions de communication, elle est également en charge de projets d’agriculture urbaine.